ALTERNATIV REALITY I STUDIO DE RÉALITÉ VIRTUELLE/ MIXTE/ AUGMENTÉE|contact@alternativreality.com

La réalité mixte révolutionne la formation dans l’entreprise.

L’agence spatiale américaine l’a compris et a franchi le pas en utilisant la réalité mixte dans la formation de ses futurs astronautes depuis sa collaboration avec la plateforme de développement de jeux vidéo Unreal Engine conçue par Epic Games. Dans l’état actuel de ses avancées technologiques et au regard de ses potentialités, la réalité mixte est promise à un bel avenir. Mais comment peut-on la définir ? Cela semble un peu compliqué. Cette technologie permet-elle vraiment à l’utilisateur d’interagir avec les objets de l’environnement ? Quel intérêt revêt-elle dans la formation du personnel de l’entreprise d’aujourd’hui ?

Comment la définir ?

Définir la réalité mixte n’est pas chose facile, les productions écrites sur le sujet en témoignent. Nous construirons notre définition à partir de la proposition de Paul Milgram, professeur à l’université de Toronto, qui unifie les concepts de réalité augmentée et de réalité virtuelle dans « un continuum réel-virtuel » partant du réel jusqu’à un environnement complètement virtuel. La réalité mixte se décline donc, selon lui, suivant la proportion d’objets réels ou virtuels dans l’environnement, ainsi, suivant les cas, on parle de réalité augmentée ou de virtualité augmentée.

Imaginez une règle avec d’un côté la réalité augmentée, de l’autre la réalité virtuelle et entre ces deux extrêmes, la réalité mixte, ajouter un curseur que vous pouvez déplacer sur cette règle suivant le nombre d’objets réels ou virtuels et vous obtenez la représentation des multiples facettes de la réalité mixte.

Vous vous rendez compte alors qu’il n’existe pas de limite claire entre ces différentes technologies. Cela nous amène à définir la réalité mixte comme une technologie immersive qui place son utilisateur dans un environnement interactif mêlant des objets virtuels et des objets réels dans des proportions qui peuvent varier.

L’utilisateur peut alors agir dans cet environnement en sollicitant ses capacités sensorielles (la vue, le toucher, l’ouïe) et sensori-motrices (concernant les interactions entre les perceptions sensorielles et l’activité motrice).

L’interaction homme machine.

Ce qui caractérise la technologie de la réalité mixte c’est sa capacité à ouvrir des perspectives d’utilisations professionnelles jusqu’ici inaccessibles en fournissant de nouvelles opportunités, notamment en termes de formation. Cette technologie immersive rend possible les interactions entre l’utilisateur et le système, grâce aux outils d’Interface Homme-Machine (IHM, il peut commander, contrôler, visualiser et communiquer avec ce système). Ces outils qui vont lui permettre d’interagir avec l’environnement immersif sont, par exemple, les capteurs de localisation, les capteurs de mouvements, et les interfaces haptiques (simulation du retour d’effort).

Cette technologie immersive devient progressivement un outil de formation préparant à des phases d’apprentissage rapides répondant aux enjeux de productivité et de sécurité qui caractérisent l’entreprise d’aujourd’hui. Elle permet de visualiser des systèmes complexes, des parties cachées d’une machine, ou encore de former à l’utilisation d’une autre, de tester ses réactions vis-à-vis de scénarios d’apprentissage pré déterminés.

Une formation en simulation.

La réalité mixte favorise l’expérimentation en situation de simulation, ces atouts sont multiples, nous allons en proposer quelques-uns.
Dans le domaine de l’automobile, l’apprenant pourra monter et démonter un moteur en suivant les différentes étapes préconisées tout en ayant les informations sur les noms et caractéristiques des différentes pièces.

MARTA affiche sur tablette les étapes de démontage et de réparation de la voiture. IMAGE © VOLKSWAGEN

Dans l’aéronautique, il est possible par exemple de travailler sur une maquette d’un A320 visualisée dans un hangar de montage où les apprenants pourront faire les vérifications d’usage sur le système électrique, le système d’aération etc., sans pour autant monopoliser un appareil réel, ce qui serait plus coûteux.

A plus petite échelle, un apprenti chauffagiste pourra tester les différents types d’installation d’un chauffage dans un espace réel et d’évaluer sa pertinence.

Concrètement, dans l’industrie ferroviaire, la société Alstom envisage de nouveaux services mettant en œuvre la réalité augmentée. De même, il est possible d’envisager qu’elle pourrait utiliser la réalité mixte afin de former rapidement ses collaborateurs aux différents métiers qui constituent ce secteur apportant une polyvalence à chacun d’eux.

De manière plus générale, l’opérateur d’une entreprise, quel que soit le secteur d’activité, pourra se former sur une nouvelle machine tout en étant productif, le principe se fonde sur une expérimentation en situation de simulation directement dans l’environnement de travail.

Une formation en interaction.

Ce mode de formation suscite de nombreuses interactions ; une interaction homme machine avec des objets virtuels dans un environnement réel, des interactions possibles entre opérateur et formateur et enfin, des interactions entre opérateur et les différents possibles envisagés dans les scénarios de formation.

Photo illustrant le projet pilote de réalité mixte développé par Immersion pour Alstom dans le cadre du concours Microsoft Hololens. (Crédits : Immersion-Alstom Mathieu Courtois)

Si vous souhaitez être accompagnés dans votre projet en réalité virtuelle, vous pouvez contacter le studio Alternativ Reality , créateur d’outils en réalité virtuelle, augmentée ou mixte  :   contact@alternativreality.com 

Par | 2017-04-18T14:57:20+00:00 11 mars 2017|Article, Formation, Réalité Mixte|0 commentaire

À propos de l'auteur :

Laisser un commentaire